Revenir aux autres articles

Si je pouvais mieux m'organiser - la suite

Mis à jour le 8 octobre 2021

heart 1

image de si je pouvais mieux  m'organiser - la suite


Première partie de l'histoire ici.


Journée d’après


Elle se réveilla dans son lit. Elle se rappelait de tout. Était-ce un rêve ? L’avait-elle vécu ?

Elle alla chercher sa fille. Elle la trouva paisiblement endormie dans sa chambre. Nadine se sentait rassurée. Au moins, Léa était là aussi.


On avait l’impression que rien n’était arrivé. Elle voulait savoir. Était-elle réellement allée dans cette maison ? Elle regarda le calendrier. Tout semblait normal. On était juste le lendemain.


Son mari Florian, était en déplacement. Il ne reviendrait que dans deux jours.


Et son fils, David, était chez papi et mamie. Ils l’avaient amené à la ferme.


Elle ne pouvait rien leur demander aucune explication. Aucun témoin.


Sur son téléphone, elle vit des appels en absence. Elle n’avait pas décroché. Habituellement, elle aurait souhaité bonne nuit à son fils. Elle aurait appelé son mari.


Peut-être avait-elle joué avec Léa et elle s’était dit qu’il était trop tard pour avoir papi ou son mari au téléphone.


Elle devait juste attendre que sa fille se réveille à son tour.


Sa tête tournait.


Quand Léa se réveilla enfin, elle lui demanda s’il y avait école. Nadine lui dit que c’était mercredi. Léa jubilait dans son lit. Elle voulait dormir encore un peu.


- Ma chérie, lui demanda Nadine, tu te rappelles de ce qui s’est passé hier ?

- Ben oui maman, on a joué au parc. C’était trop bien, on était toutes les deux. On a mangé du gâteau au chocolat. Voilà.

- Et après, sommes-nous entrées dans un buisson ?

- Ah si, il y avait un buisson qui faisqit du bruit. Tu te rappelles maman, tu m’as dit que c’était le bruit du vent. Dommage, j’aurais trop aimé que ce buisson soit magique.

- Il ne l’était pas ?

- Ben non, il n’y avait rien. Trop nul !

- Et après, qu’a-t-on fait ?

- On est rentré et le quotidien.

- Le quotidien ? Que veux-tu dire par ça ?

- Ben oui, la douche, le repas, l’histoire, le dodo !!!, répondit Léa en imitant sa maman.

- Rien d’autre ?

- Non maman, on était bien toutes les deux. Tu m’as raconté une longue histoire.


Nadine alla dans la salle de bains pour reprendre ses esprits. Elle avait rêvé ? Elle avait perdu la mémoire ? “Je verrai bien si ces hallucinations recommencent,” se dit-elle. “Pour l’heure, tout va bien.”


Le soir, sa cousine Sandra l’appela. Ses enfants voulaient venir à la maison ce week-end. Ils avaient trop envie de jouer avec Léa et David. Mince alors, elle avait les affaires à ranger. Elle avait prévu de s’en occuper ce week-end. “Oh, ça fera plaisir aux enfants de se retrouver avant notre départ, je m’en occuperais plus tard.” Sa cousine lui proposa de l’aider à ranger pendant que les enfants joueraient. Nadine déclina l’offre poliment.


Et elle passa le week-end à organiser des activités pour les enfants. Elle les amena au théâtre. Ils allèrent prendre un goûter dans un joli salon de thé qu’elle avait déniché. Tout le monde passa un superbe week-end.


Quelques jours après, elle regardait sa liste de tâches à faire. Rien n’avait bougé. Son mari vint la voir.

- Alors comment tu t’en sors dans les valises ? Tu as besoin d’aide ?

- Non, ne t’inquiète pas, tout ira bien.


Ils avaient donc convenu que Nadine s’occuperait de vider l’appartement pendant que lui finissait les travaux dans l’appartement. Ensuite, ils se mettraient ensemble pour tout boucler.


- J’ai l’impression que tu as du mal à t’y mettre. Si tu veux, ce soir, je reporte les travaux. On s’occupe de faire nos valises. Et je mets en vente tous les meubles.

-Non franchement, ça ira, dit Nadine, qui, en son fort intérieur aurait bien aimé avoir de l’aide. Mais elle se dit qu’elle était capable de gérer.


En réalité, elle perdait pied. Elle ne savait pas par où commencer. Elle avait mille choses à faire mais rien ne s’organisait dans sa tête. Elle commençait à trier, puis elle s’occupait des enfants. Elle laissait les choses. Elle passait ensuite à une démarche administrative et elle revenait au tri. Tout patinait.


Sa meilleure amie Lili l’appela un soir. “Ecoute, j’ai découvert une superbe appli pour t’aider à t’organiser. Elle te sera utile. Qu’en penses-tu ? Je te donne le lien ?

Il y a même un livre que j’ai trouvé pour toi si ça te dit ? Tu connais Marie Kondo ?”

Nadine lui dit que ça allait, elle gérait. Elle n’avait vraiment pas le temps d’essayer de nouvelles choses surtout en ce moment et lire un livre, comme si elle n’avait que ça à faire.


Les jours suivants se passèrent ainsi. Le désordre s’accumulait partout. Elle s’occupait de ce qu’elle pouvait.


Elle ne maîtrisait plus rien.


Et les jours défilèrent.


Nadine, quelques jours avant le départ


Le visage gonflé, méconnaissable, Nadine fut amenée aux urgences. Dans trois jours, elle rendait les clés de l’appartement.


Les choses avaient avancé mais il restait tellement à faire.


Valises pas faites

Affaires pas encore données

Affaires pas fini d’être vendues

Appartement pas nettoyé….


Nadine pleurait de désespoir.


Son mari, lui ne comprenait pas. Depuis quelques jours, il s’activait pour tout finir à temps. Il passait son temps à lui demander : “Nadine, qu’as-tu fait de ton temps ?”


Et maintenant, elle ne savait pas ce qu’elle avait. Les médecins non plus. Elle était en parfaite santé. Elle n’était allergique à rien.


Ils la mirent dans une chambre pour lui faire passer une série d’examens. Elle s’endormit.


Dans son sommeil, elle se sentit partir dans un tourbillon.

Un tourbillon de plus en plus fort. Elle était prisonnière. Elle tournoyait sans fin.

Puis plus rien.


Elle se réveilla...dans la même maison.


Celle qui était en pierre et toute colorée. Elle voyait les murs de pierre rose ici, vert là-bas.


Elle n’en croyait pas ses yeux. Elle était revenue ici.


Elle se leva et alla près de la table. Le livre était là. Le même manuscrit. Il était ouvert. Elle lut.


“Nadine, qu’as-tu fait ? Nous t’avons aidée. Des personnes sont venues t’offrir leur aide. Nous t’avons donné des signes. Ta famille voulait t’aider. Nous t’avons recommandé une application, un livre, des vidéos, tu aurais pu apprendre à faire autrement….Mais tu n’as écouté personne. Tu as fait tes choix et voici les conséquences. Regarde dehors.”


Elle alla regarder à la fenêtre. Elle vit de nouveau les deux enfants, les mêmes, une fille et un garçon.


Ils étaient plus près, elle put mieux les observer. Cette fois-ci, pas de sourire, pas de joie. Que de la lassitude, de la tristesse, du désarroi aussi. Une femme criait au loin : “que faites-vous ? Vous trainez encore, bons à rien, je suis fatiguée de toujours répéter. Rien ne change. Dépêchez-vous, vous n’avez pas fait vos devoirs. Vous deviez aussi cueillir ces pommes. Rien n’est fait. Je ne sais plus quoi faire. Je suis fatiguée de répéter.”


Et les enfants ne prêtaient pas attention à ce que la femme disait.


Nadine les regarda de plus près. Elle regarda encore.


Elle n’en crut pas ses yeux.


Léa et David. C’étaient bien eux, un peu plus grands, de quelques années de plus peut-être.


Mais elle savait que c’étaient ses enfants. Elle ne pouvait l'expliquer.


Qu’est-ce que ça voulait dire ? Et cette femme qu’elle entendait crier alors. Qui était-ce ?


Non ça n’était pas possible. Son sang se glaça.


Elle se dit qu’elle avait un moyen de changer ça. Elle le voulait maintenant. Tout se précisait dans sa tête. Si elle continuait comme ça, voilà ce qui l’attendait. Elle n’avait pas compris. Elle pensait qu’elle faisait bien.


En fait, elle avait tout à apprendre.


Elle retourna vers le livre.


Il était écrit : “Nadine, maintenant, tu as un objectif précis, alors nous te laissons encore le choix. Tu peux toujours t’améliorer. A toi de le vouloir, c’est tout. Nous le savons, tu en es capable. Nous l’avons vu. Tu l’as fait. Retourne à la porte, celle pour changer.”


Comment ça, elle l’avait fait ? C’était possible ? Elle pouvait vraiment mieux s’organiser alors ?


Nadine ouvrit la porte une seconde fois.


Elle se réveilla le lendemain avec une confiance qu’elle n’avait jamais eue auparavant.


Elle alla dans la salle de bains. Elle vit son visage. Il était radieux. Pas de gonflement. Tout avait disparu.

Elle regarda le calendrier.


Il restait deux mois avant le départ. Elle avait remonté le temps. C’était fabuleux. Elle pouvait tout recommencer.


Lili l’appela pour lui proposer son aide. Nadine accepta aussitôt.


En deux nuits, elle avait lu trois livres sur le rangement. Elle avait une to do liste efficace et un calendrier mis à jour. Lili lui avait dit de faire une liste et de prioriser ses actions. Trois actions par jour, pas plus.


Alors, elle appliqua.


Elle s’occupa de l’assurance. Comme c’était simple. En deux heures, elle avait son assurance santé.


Elle fit quelques recherches sur internet pour trouver le type de valises le plus pratique. Et elle vit que près de chez elle, un magasin avait différentes valises. Elle s’y rendit aussitôt. Elle put voir les valises, les visualiser avec les affaires. Elle fut conseillée par un vendeur efficace. Et les valises qu’elle voulait prendre étaient en promotion.


Quelle aubaine ! Elle repartit chez elle avec ses valises.


Quelques jours après, sa fille Léa vint la voir : “maman, je n’arrive pas à trier mes jouets.” Auparavant, Nadine lui aurait répondu : "attends, je vais m’en occuper plus tard "et l’action aurait été mise aux oubliettes.


A ce moment là, elle eut un appel d’un ami, elle dit à sa fille d'attendre un peu. Son ami lui disait qu'il s'installait au Costa Rica. Il lui parla de ses valises. Et lui raconta qu’avec ses trois filles, ils avaient mis tous les jouets dans une valise ! Une seule !


Nadine avait sa réponse. Elle raccrocha.


Elle mit cette tâche dans son calendrier. Elle se donna un objectif. Nous aurons une seule valise de jouets. Pas plus pas moins. Et avec Léa et David, ils commencèrent à ranger et à trier. A la fin de la journée, la valise était prête.


Les jouets restants allaient être donnés.


Une semaine passa, son frère lui proposa de garder les enfants. Elles avait tout un week-end pour elle ! Quand il vint lui ramener les enfants le dimanche soir, il lui demanda ce qui s’était passé. Habituellement, elle lui aurait dit “je n’y arrive pas, mais ça ira, je trouverai bien une solution.” Et ça aurait été un grand désordre.


Là, tout était organisé :

A donner

A jeter

A vendre (d’ailleurs, tout était pratiquement vendu).

A ranger dans la valise.


Dans le salon, huit valises étaient posées. Elles étaient bouclées.


Il restait un mois avant le départ.


L’appartement était presque vide. Son mari avait fini les travaux de son côté. Il ne restait plus que quelques actions à faire. Elle regarda sa to do liste. Tout était pratiquement coché.


C’était possible de s’organiser. Elle était heureuse.


Cet après-midi, elle s’octroie une pause. Une balade dans la nature. Elle est dans un parc. Elle s’allonge sur un tapis et s’assoupit. Et là, elle sombre dans un rêve. Tout tourne, elle tourne dans un tourbillon. Le même. Elle le connaît.


Elle est revenue dans cette maison toute colorée. Cette fois-ci, les couleurs sont encore plus chatoyantes. Elle est debout, elle marche. Elle se dirige vers la table. Le livre n’est pas là.


Pourquoi est-elle ici ? Elle regarde au loin par la fenêtre.


Ils sont là ! Le garçon et la fille. Rayonnants ! Souriants ! Et elle entend au loin la voix d’une femme qui rit aussi.


Elle touche la poignée. La porte s’ouvre. Elle sort.


Les enfants la voient.


Ils viennent vers elle.


Elle tremble un peu.


Ils lui donnent un livre. Elle le reconnaît. C’est un livre avec une couverture bleue et or. Dessus est écrit NADINE.


Elle ouvre la première page. En lettres manuscrites, elle lit “pour que tu saches d'où tu as commencé et pour que tu puisses voir le chemin parcouru Nadine, continue.”


Elle lève les yeux vers les enfants. Ils lui sourient.


Elle leur sourit aussi.


FIN


Image principale @Mimochai

Partage logo FB logo Twitter logo Linkedin email email

Écrit par Gwladys

heart

Vos avis

1 avis.

Donne ton avis en tant qu'invité.e ou connecte-toi si tu es inscrit.e. Je me connecte
avatar
invité_dfa6
(16/10/2021)

Bonsoir Gwladys

Ton histoire sur l'organisation de Nadine avant son départ définitif vers l'étranger est très semblable à la tienne. Tes sentiments se découvrent à travers Nadine. C'est très émouvant.

Cependant ce grand départ nécessitait vraiment de l'organisation et le plus dur est de trier et de savoir ce à quoi on tient pour soi et pour les autres membres de sa famille. D'autre part quelles sont les choses les plus utiles en arrivant sur le lieu de destination..

En règle générale , la vie est faite d'organisation et de priorités .

Bonne continuation , tu es sur la bonne voie!!!!!!


Abonne-toi à notre newsletter du changement !

Reçois des articles inspirants, nos conseils et des témoignages pour réussir ton projet de vie.